ePopi

Maladies Infectieuses et Tropicales

Guide de traitement - Référence pour une bonne pratique médicale

jeudi 13 décembre 2018
accueil > Microorganismes > Bactéries > Escherichia coli (ou colibacille)

Escherichia coli (ou colibacille)

Agent Pathogène

Description

  • Bacille à Gram négatif aérobie de la famille des entérobactéries
  • Grande diversité génétique et de virulence, propagation mondiale de clones virulents (ST131)
  • Sérogroupe selon l'antigène de paroi O (>180) et sérotype selon l'antigène de flagelle H (>60)
    exemple : E. coli 0157:H7 responsable de syndrome hémolytique et urémique (SHU)

Epidémiologie

  • Hôte normal du tube digestif de l'homme et des animaux à sang chaud
  • Présence dans l'environnement témoin d'une colonisation fécale (d'où surveillance de l'alimentation et de l'eau)

Physiopathologie

  • Habituellement simple colonisation digestive
  • Parfois infection, ce qui implique une souche particulièrement virulente et/ou un facteur favorisant

Transmission

  • Colonisation du tube digestif dès les premières heures de vie
  • Acquisition secondaire de nouvelles souches, notamment virulentes / épidémiogènes
  • Transmission oro-fécale (manuportée, par l'eau ou les aliments), ou rarement sexuelle

Principales pathologies

Infections extra-intestinales

  • Infections urinaires (IU) (cf cystite, pyélonéphrite, prostatite) : E. coli 1er agent responsable de ces infections du fait de la fréquence de souches "uropathogènes" (pili permettant l'adhésion puis l'infection ascendante).
  • Infections intra-abdominales en cas de brèche (appendicite, diverticulite, salpingite, péritonite...) ou de facteur favorisant (infection biliaire sur lithiase...).
  • Infections néo-natales (méningite, sepsis).
  • Rares autres localisations (endocardite, infection ostéo-articulaire...).

Infections intestinales

  • E. coli entéro-toxinogène (ETEC) :
    - entérotoxine thermostable ou thermolabile pouvant induire un syndrome cholériforme
    - principale cause de turista
  • E. coli entéro-hémorragique (EHEC) = E. coli producteur de shiga-toxine (STEC)
    - production d'une toxine à l'origine de SHU

Antiinfectieux

Résistance naturelle

  • "Entérobactérie du groupe 1" = absence de résistance naturelle aux ß-lactamines (sauf aux pénicillines G, V et M)
  • Absence de résistance naturelle aux autres familles d'antibiotiques à activité anti-Gram négatif : quinolones (Q1G et FQ), aminosides, cyclines, sulfamides et dérivés, furanes, fosfomycine et polymyxines

Résistance acquise

  • Variable selon les pays et l'acquisition communautaire ou liée aux soins
  • Plus élevée chez les sujets antérieurement exposés aux antibiotiques (modification de la flore digestive native)
  • Résistance en France "en ville" en 2015 : 40-50 % pour amoxicilline, 25-30 % pour amoxicilline-acide clavulanique, 20-30 % pour cotrimoxazole, ~ 15 % pour acide nalidixique, ≥ 10 % pour fluoroquinolone, < 5 % pour C3G, aminoside, furane, fosfomycine

Traitement par site infectieux :

  • Infection abdominale (sigmoïdite, péritonite...) : nécessité d'englober les anaérobies (+/- l'entérocoque sur terrain fragile)
  • Infection intra-intestinale :
    - inutilité de l'antibiothérapie pour les syndromes cholériformes
    - bénéfice très discuté pour les syndromes invasifs (turista : bénéfice individuel modeste, effet collatéral sur la  flore individuelle et collective ; STEC : abstention antibiotique)

Prévention

Vaccin / immunoprophylaxie

  • Essais d'implantation d'E. coli peu virulents dans l'arbre urinaire, en prophylaxie des IU récidivantes

Chimioprophylaxie

  • Antibioprophylaxie pré-opératoire de la chirurgie urologique et digestive ciblant notamment E.coli
  • Chimioprophylaxie des cystites récidivantes à limiter au maximum

Mesures d'hygiène

  • Précautions standard, prévenant le "péril fécal"
  • Précautions complémentaires contact pour certaines diarrhées infectieuses (incontinence…) et les infections / colonisations à E. coli BLSE

Santé publique

  • DO en cas de toxi-infection alimentaire collective
  • Surveillance des SHU de l'enfant de moins de 15 ans et des infections à STEC

Autre information

réduire la taille du texte réinitialiser taille du texte aggrandir la taille du texte